• Sans le vouloir,

    je venais de m'assoir

    sur le trottoir

    pensées...

    près d'un vieux manoir.

    D'un air jubilatoire

    je sortis mon grimoire

    et jusqu'au soir,

    je notais des mots noirs.

     

    Je gribouillais plein de mots

    courts, longs, laids ou beaux,

    intelligents ou sots

    au crayon et au stylo.

     

    Je mélangeais tous ces mots,

    les imaginais en photos,

    les mis tous en tas,

    et ensuite les secouas.

     

    Bien triés, il en sortit

    peu à peu une poésie.

    Me laissant bercer à la rêverie

    j'écrivis jusqu'à la nuit.

     

    Les mots formaient des rimes.

    C'était plus sublime

    que toutes ces pantomimes

    qui font oublier la déprime.

     

    (écrit en août 2015)


    votre commentaire
  • inspiration

    Il est des jours où l'inspiration

    défile dans la tête en tout sens,

    il est des jours où l'imagination

    vagabonde si loin et si longtemps

    que se crée une poésie.

    Il est des jours où les idées

    sont censées et bien jolies

    comme d'autres sont déplacées.

    Cela dépend de l'humeur,

    du temps météorologique

    et de ce que contient notre cœur

    en ce jour mystique.

    inspiration

    (écrit le 03/03/1982)


    votre commentaire
  • Pour les garçons, les billes,

    les poupées pour les filles,

    les os pour les chiens,

    la poule picore le grain,

    Bébé mordille sa tétine,

    et voilà qu'une pluie fine

    nous précipite dans la cuisine.

    Dehors, s'ouvrent les parapluies

    multicolores sous cette pluie.

    A plein poumons, humer

    l'odeur de l'herbe mouillée

    me ravit de cette nature

    si belle et jadis si pure.

     

    (écrit le 18/12/2015)


    votre commentaire
  •  

    où vais-je sous cette pluie

    moi qui ai oublié mon parapluie !

    où vais-je dans cette rue

    moi qui ai oublié que j'étais nue !

    où vais-je dans ce sentier

    moi qui ai toujours mal aux pieds !

    où vais-je dans cette voiture

    moi qui ai oublié mes chaussures !

    où vais-je dans ce monde

    moi qui ai oublié la terre ronde !

    où vais-je trouver des idées

    moi qui ai tout oublié !

    où vais-je dans cette foule

    moi qui ai oublié que je perdais la "boule" !

    où vais-je ainsi finir ?

    moi qui craignais le pire !

     

    (écrit en janvier 2016 -en pensant à deux personnes chères disparues)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Il était petit

    n'avait pas grandi.

    Il était apeuré

    n'avait pas bougé.

    Il était droit

    n'avait plus d'emploi.

    Il était perdu

    n'avait plus de rue.

    Il était désorienté

    n'avait plus d'idée.

    Il était chômeur

    n'avait plus de cœur.

    Il était sans bonheur

    de ce grand malheur.

     

    (écrit le 16 mars 2016)


    votre commentaire
  • sur la feuille,  un mot

    écrit en lettres majuscules,

    il ne semble pas ridicule

    ce mot

    suivi d'une virgule,

    au centre de la page

    ni drôle, ni étrange,

    ce mot

    me paraît bien sage,

    composé de voyelles

    emportant sous son aile

    de jolies consonnes.

    Ce mot

    peut être léger, frivole

    alors il s'envole,

    vole et survole

    accroché à une voix

    qui sonne la joie

    l'emportant dans les bois.

    Ce mot

    prononcé tout en douceur

    apporte un grand bonheur

    à tous les lecteurs

    car CE MOT

    l'avez-vous deviné ?

    A vous de l'imaginer

    selon votre humeur,

    selon votre bonheur,

    selon votre imagination,

    selon votre réflexion.

    (écrit le 08 juin 2016)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique